adem

LE MOT DU DIRECTEUR

Nouvelles rencontres et alliances musicales

par Fabrice Contri

Ces petites perceptions (…), ce sont elles qui forment ce je ne sais quoi,
ces goûts, ces images, ces qualités des sens, claires dans l'assemblage,
mais confuses dans les parties, ces impressions que des corps environnants
font sur nous, qui enveloppent l'infini, cette liaison que chaque être a avec
tout le reste de l'univers.
(
Leibniz, Les nouveaux essais sur l'entendement humain)

Sans doute n’y a-t-il ni création, ni art, ni culture sans rencontres et échanges, sans partages et alliances. Sans doute en est-il ainsi de toute perception, à la source même de nos sensations. Comme le chant de la vague se fait l’écho des mille et un frémissements des gouttes d’eau qui la composent, le monde qui nous apparaît ne serait que le fruit merveilleux de secrets accords. Un monde empli de mystère, multiple par nature, dont nous ne pouvons tenter de jouir qu’à travers la diversité et la complémentarité de nos expériences. Subtile alchimie dont notre conscience ignore souvent les délicates combinaisons, mais que nous ressentons sans cesse.

Ethnomusicologie… terme tantôt intimidant, tantôt intrigant, qui au-delà de tout élitisme ou intellectualisme cherche d’abord à ouvrir un large champ de vision et d’écoute. D’autres voies de découverte vers des univers proches ou lointains au gré des grandes ou petites histoires humaines. C’est aussi une forme d’éveil et d’accueil. Depuis 35 années, les ADEM n’ont cessé de parcourir la planète non point tant pour saisir l’inédit ou l’inouï que pour tenter de dévoiler ce que nous ne nous soucions pas toujours d’écouter ou de regarder. Par là, ils ont dessiné certaines images de notre environnement et de notre temps. Car si l’ethnomusicologue a parfois été vu comme le spécialiste d’antiques traditions, il œuvre en fait au sein d’une multitude sonore étonnement vivante et créative.

Et chaque découverte musicale invente et propose une nouvelle forme de pédagogie. Des concerts aux master classes, des avant concerts aux stages d’été de la Croisée des cultures, enseigner – en menant ailleurs – apparaît comme le fil continu des ADEM. Apprendre à observer, contempler, scruter, goûter… imaginer afin que se révèlent à nous ces infimes sollicitations de nos sens qui, discrètes mais sans jamais faillir, nous permettent d’exister.

NEWSLETTERInscrivez-vous

REJOIGNEZ-NOUSDevenez membre